Etonnant destin que cette ex Rover 75 voulue en son temps comme un symbole de la survivance de l'automobile britannique avant de rendre les armes. Le rachat par les Chinois Saic et la transformation de la voiture en phonétique Roewe 750 aurait pu faire croire à une poursuite de carrière alibi d'une tête de pont vers le Vieux Continent d'un modèle suranné destiné à tenir jusqu'à l'usure. Que nenni, voici l'engin à la pointe de la vague en vogue des hybrides.

La Roewe 750 hybride électrique - thermique a déjà été présentée, mais voici plus fort : l'opus électrique - hydrogène. L'ensemble est annoncé pour 300 kms d'autonomie et une pointe possible à 150 km/h. Ce n'est du bluff, dans un pays qui est en proie à de gros souci de pollution, conséquence collatérale de son expansion sans frein qui l'a déjà placé comme le second marché automobile de la planète.

Voilà une belle ironie du sort. Avec cette Roewe, la Chine fait plus que du neuf avec du vieux. C'est la casquette de précurseur qui est coiffée. Reste maintenant à résoudre le problème du ravitaillement. Les pompes à hydrogène sont, pour le moment, plutôt rares.